Header icons

Recherche avancé

ETAT DES LIEUX DE LA CULTURE URBIGENE

ETAT DES LIEUX DE LA CULTURE URBIGENE


COMMUNIQUÉ

Un carnet de route pour une culture urbigène ambitieuse

Depuis plusieurs années, la commune d’Orbe connaît une évolution importante de sa population qui va se poursuivre, notamment dans la partie sud de la ville. Pour la Municipalité, cet essor démographique doit s’accompagner d’une offre culturelle de qualité et accessible à tous. Un premier état des lieux de la culture a été établi et pose les jalons de cet ambitieux projet de cohésion sociale.

Convaincu que la culture contribue à l’éducation, au développement économique, à l’attractivité touristique de la ville et, bien entendu, à la cohésion sociale, M. Luiz De Souza, municipal en charge de la culture, a souhaité, par le biais d’une étude (v. annexe) confiée ce printemps à Mme Violaine Contreras de Haro, dresser un premier état des lieux de la culture sur le territoire communal ; ce, dans la continuité du travail initié lors des assises de la culture de 2017 et 2018.

Bonne nouvelle en découvrant ce rapport, Orbe dispose d’un grand potentiel en matière culturelle : des forces vives, une offre riche et diversifiée, un cadre patrimonial de toute beauté et surtout une envie générale de faire de la cité aux deux poissons un lieu incontournable de la vie culturelle du Nord Vaudois. Dans son étude, Mme Violaine Contreras de Haro constate d’ailleurs que « la vie culturelle urbigène a la chance de disposer de ressources qui, de par leur dynamisme, représentent un atout majeur dans la construction d’une société durable. » Partant de ce constat réjouissant, Mme Violaine Contreras de Haro s’est lancée dans une observation de terrain minutieuse et riche en échanges avec celles et ceux, individus ou membres d’associations, qui constituent le terreau créatif de la ville.

Au coeur de cette démarche participative, ces précieux acteurs culturels ont nourri le débat par leurs avis, leurs espoirs, leurs besoins et leurs propositions. Près de 30 entretiens ont ainsi pu être menés ce printemps et cet été qui ont été suivis d’un travail de synthèse et d’analyse, enrichi de quelques bonnes pratiques et expériences culturelles et événementielles d’autres communes ou cantons. La prise en compte de cadres de référence et de développement plus globaux a également permis de mieux situer le contexte dans lequel cette étude devait être abordée.

Pour mener une politique culturelle moderne, il faut coordonner et renforcer l'existant, proposer une offre de programmation concertée, développer la transversalité entre les actions avec l'ensemble des acteurs urbigènes (commerçants locaux, sociétés locales, clubs sportifs, etc.) afin de dynamiser le tissu socio-économique et de contribuer au rayonnement de la commune. Et ne pas oublier d’aller à la conquête de nouveaux publics avec des actions spécifiques, notamment les adolescents et les jeunes adultes (12-20 ans) ou les personnes âgées.

« Dans son ensemble, le secteur culturel attend des autorités communales qu’elles expriment plus clairement leur vision et objectifs en termes de politique culturelle à moyen et long termes. Pour cela, une réflexion en matière de gouvernance de la culture et de mise en place d’une structure organisationnelle au sein du dicastère de la cohésion sociale doit être rapidement entreprise », relève encore Mme Violaine Contreras de Haro dans son rapport.

Rapport qui met également en lumière les demandes pressantes du secteur culturel en matière de coordination, d’agenda partagé, de communication centralisée et de lieu « iconique » neutre représentant la culture urbigène. A l’aune de la professionnalisation du secteur, les pratiquesactuelles de subventionnement et de soutien des structures culturelles demandent elles aussi à être revisitées. Souvent évoquées lors des entretiens, l’optimisation et la répartition équitable du budget culturel sont en effet un autre point central. Enfin, un autre défi de la future politique culturelle sera de prendre en considération la richesse patrimoniale de la cité et d’en faire un atout et une marque identitaire forte.

On le voit, les idées ne manquent pas. « Le succès de ce projet dépendra des volontés politiques et de la capacité d’une nouvelle structure culturelle à fédérer les acteurs et à faire collaborer les différents secteurs d’activités de la ville », conclut dans son rapport, Mme Violaine Contreras de Haro. Un défi de taille mais passionnant pour une ville qui veut faire entendre sa voix dans le Nord vaudois.

 

LA MUNICIPALITE

 

Annexe : Etat des lieux de la vie culturelle urbigène, rapport réalisé par Mme Violaine Contreras de Haro sur mandat de M. Luiz De Souza, municipal en charge de la culture. Cette étude sera suivie de propositions en matière de politique de subventionnement, d’organisation et de charte éthique.

pdfEtat de la culture à Orbe

A propos de l’auteure du rapport : Mme Violaine Contreras de Haro habite à Orbe depuis 2010. Musicienne, elle se forme dans les Conservatoires de Strasbourg, Lyon et enfin à la Haute Ecole de Musique de Lausanne où elle obtient son Master of Arts en Pédagogie Musicale en 2005. Passionnée de pédagogie et de transmission, elle enseigne actuellement au Conservatoire et à la Haute Ecole de Musique de Lausanne. Son parcours la conduit dès 2018 vers le poste de Directrice pédagogique de l’École de Musique d’Epalinges. Consciente de tout ce que le secteur culturel peut amener à la société en termes de cohésion et de valeur ajoutée, elle s’oriente vers la Gestion Culturelle et obtient un Diplôme d’Etudes Avancées (DAS) ainsi qu’un prix pour son travail de fin d’études en 2017. Ses missions ponctuelles dans ce secteur l’amènent à coordonner des projets artistiques ou encore à réaliser des audits dans le domaine culturel ou éducationnel.


CONTACTS
M. Luiz De Souza
Municipal – Dicastère Cohésion sociale
Tél. 076 469 01 55
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Mme Violaine Contreras de Haro
En charge de la réalisation de l’étude
Tél. 079 797 83 32
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 

 Parution : 21 octobre 2020