Header icons

Recherche avancé

Extinction de l'éclairage public

Extinction de l'éclairage public

En octobre, Orbe éteint ses lumières

Du 1er au 31 octobre 2021, une phase test d’extinction de l’éclairage public sera menée de minuit à 5h00 du matin dans certains quartiers de la Ville d’Orbe. En tout, ce sont près de 250 luminaires qui seront éteints durant cette période.

Conduite conjointement par les Services techniques et l’Office de la durabilité, cette action vise à lutter contre la pollution lumineuse et à favoriser la qualité de vie en ville. Ce test « grandeur nature » d’un mois, couplé à l’avis des citoyens et acteurs d’Orbe qui pourront s’exprimer au travers d’un questionnaire, contribuera à enrichir la réflexion actuelle des autorités autour de l’extinction de l’éclairage public.

Encouragé par la Municipalité, ce projet s’inscrit pleinement dans la politique de développement durable de la Ville, labellisée Cité de l’énergie.

Les quartiers et les routes concernés

Les quartiers concernés sont figurés en bleu sur la carte et les routes en orange. Il s’agit des secteurs suivants :  

1. pdfPlamont, Suchet et Ecoliers / 2. pdfMagnenette, Dame, Signal, Covets, Levant / 3. pdfVaux / 4. pdfGranges-St-Germain / 5. pdfFleurs-de-Lys, Champ-Bornu, Colonnes, Vignes Sud et Mailles / 6. pdfEtraz et Longeraie / 7. pdfZI Les Ducats / 8. pdfZI Les Taborneires / 9. pdfRoute de Chavornay / 10. pdfRoute de Montcherand

 

plan extinction 10.2021sans texte 002

 

Les secteurs en bleu, sélectionnés pour des raisons pratiques et de sécurité, sont des zones où il n’y a pas de passages piétons ce qui facilite l’extinction de l’éclairage. En effet, les zones avec passages piétons sont soumises à une réglementation spécifique de sécurité qui oblige un éclairage minimum au niveau du passage. C’est pour ces raisons légales que les tronçons de route qui entrent dans cette démarche d’extinction de l’éclairage public ne seront pas éteints dans leur intégralité.

Urbigènes, participez à la démarche !

La Commune vous encourage vivement à prendre part à la démarche et à vivre cette expérience !

Elle vous invite à :

  • participer aux animations gratuites (conférence, activités ludiques et balades tous publics) qui accompagneront la phase de test, dans l’objectif d’enrichir votre expérience et de sensibiliser à la problématique de la pollution lumineuse. Vous retrouverez la liste de ces activités sur le lien suivant, dès fin septembre : liste des activités à venir…
  • donner votre avis en complétant le questionnaire pour connaître votre ressenti et vos éventuelles propositions d’améliorations, que vous trouverez, dès le 1er octobre, sur le lien suivant : questionnaire à venir… L’objectif étant de prolonger durablement cette action, il est important que chacun.e d’entre vous prenne part à la réflexion autour de sa mise en œuvre.
  • limiter votre éclairage extérieur non nécessaire

Commerçants et entreprises, la Commune d’Orbe vous encourage vous aussi à participer à cette action et à éteindre vos vitrines et enseignes durant le mois d’octobre.

 

Pourquoi cette démarche ?

Définie comme un excès de production lumineuse extérieure d’origine humaine, la pollution lumineuse est une forme reconnue de pollution environnementale. La lutte pour réduire ses effets néfastes a plusieurs objectifs :

1. La protection de la biodiversité

La pollution lumineuse a de nombreuses conséquences sur la biodiversité animale et végétale. En ce qui concerne les animaux nocturnes, la lumière vient perturber leur déplacement, car elle forme un mur immatériel infranchissable. Ainsi, elle morcèle leur territoire en de petits îlots, ce qui impacte leur comportement, notamment dans leur reproduction et leur façon de se nourrir.

La menace est également importante pour les oiseaux migrateurs. Ces derniers ne parviennent plus à s’orienter grâce aux étoiles par la faute des halos lumineux autour des villes. Ils sont attirés par les lumières artificielles qui deviennent alors des pièges mortels pour eux. C’est également le cas pour les rapaces nocturnes.

Les insectes nocturnes sont aussi des victimes importantes de la pollution lumineuse. En effet, ces derniers sont attirés par les lumières artificielles et restent prisonniers des sources lumineuses, meurent d’épuisement, se brûlent aux lampes ou alors deviennent des proies faciles pour leurs prédateurs. Les amphibiens peuvent également être attirés par les émissions lumineuses et se trouver à la merci de leurs prédateurs. 

En plus de perturber le comportement des animaux, la pollution lumineuse a également un impact sur la croissance de la végétation. Les périodes d’obscurité sont nécessaires aux plantes afin de ne pas modifier leur rythme biologique. Le risque de la luminosité continue peut, par exemple, engendrer une floraison prématurée qui rend les plantes plus vulnérables au gel.

Eteindre l’éclairage public permet donc de rendre à la faune et la flore leur écosystème naturel et ainsi les préserver.

2. La préservation de la santé humaine

La lumière artificielle excessive, qui entre dans les habitations, engendre également des effets néfastes pour l’organisme et la santé humaine. Ce sont notamment des troubles du sommeil provoqués par cette lumière qui viennent dérégler notre cycle biologique calqué sur 24 heures. Sur le long terme, la pollution lumineuse est suspectée d'altérer le système hormonal et la sécrétion de mélatonine, qui affecte le sommeil, la libido, le vieillissement et qui peut accroître le risque de dépression et de cancer.  De ce fait, l’extinction de l’éclairage public a pour objectif de prévenir les troubles pouvant apparaitre chez l’être humain et ainsi de préserver sa santé.

3. La réduction de l’impact énergétique

Adapter l’éclairage aux besoins, par une diminution ou une extinction, permet tout naturellement de réduire la consommation inutile d’électricité et de réaliser ainsi des économies d’énergie conséquentes sur l’année. Si les quartiers de la phase test d’extinction étaient éteints toute l’année, nous pourrions économiser environ 35'000 kWh, soit une économie financière de plus de CHF 4'100.- . Par cette démarche, la Commune peut contribuer à atteindre les objectifs de réduction de l’éclairage public qu’elle s’est fixés dans le cadre de sa politique énergétique et qui visent une diminution à 8MWh/an/km de rue éclairée.

4. Et la sécurité dans tout ça ?

Bien souvent, l’éclairage nous donne un sentiment de sécurité, mais il n’est pas démontré qu’il augmente celui-ci dans la réalité. Dans les villes et les villages qui éteignent leur éclairage public la nuit, on n’a pas constaté d'augmentation de la criminalité ou du nombre d’accidents.

De plus, dans certains cas, un éclairage inadéquat peut avoir l’effet inverse, en devenant éblouissant et en empêchant les piétons ou même les automobilistes de bien distinguer leur environnement.

 

Pour aller plus loin (liens utiles)

Le site Darksky développe la question des impacts de la pollution lumineuse et propose de nombreuses informations sur le sujet.

Le quotidien « 24heures » consacre un article à la Commune de Val-de-Ruz qui a entrepris et pérennisé une démarche d’extinction de l’éclairage public dans tous les villages de la Commune depuis 2020.

Le site de la Nuit est belle regroupe de nombreuses informations sur la thématique de la pollution lumineuse.

Le dossier très complet du Canton du Valais La lumière nuit sur la pollution lumineuse.

 

Pour toutes informations

Services techniques
Tél. 024 442 92 40
Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.